Adwords addiction

Dépendance Adwords : pourquoi il faut vous en libérer ?

Quand je discute avec des responsables de PME à propos de leur marketing, dans la plupart des cas ils s’en remettent à Adwords pour générer de nouveaux contacts, de nouveaux leads. Certes, Adwords est un outil très efficace, dont le coût contact est inférieur à la publicité en ligne, dont les résultats se font sentir immédiatement, mais il cumule aussi des inconvénients de taille. Son pire atour, c’est sa capacité à nous rendre dépendant, à nous transformer en « adwordsomanes ».Avant de créer Remarqbl, je dirigeais une société de services dans le bâtiment et j’ai eu la chance, dès 2005 d’être présent sur le net et de faire ma publicité grâce à…devinez quoi? Grâce à Adwords. Bon oui, j’ai aussi utilisé les systèmes de liens sponsorisés concurrents, mais je n’en parle pas ici, je vais utiliser dans cet article le mot Adwords comme un générique. Au début, en 2005 donc, nous étions 3 concurrents sur Paris à proposer nos offres via des campagnes Adwords, c’était le bon temps comme diraient les anciens. Ma société enregistrait des taux de conversions indécents et des taux de transformation de leads en clients à deux chiffres.

Mais tout a une fin, et, dès 2008, les choses se sont gâtées. Certes il y a eu la crise, mais aussi des règles qui ont changé sur Adwords. Tout d’abord, il y a eu une recrudescence de concurrents, je pense qu’avec la crise les entreprises ont tenté de nouvelles idées pour se faire connaître et ont tenté Adwords, et que Google a bien fait son travail en offrant à tours de bras des coupons aux entreprises pour essayer leur solution de mots clés sponsorisés ou PPC pour Pay Per Click. (je ne me rappelle plus si c’était 50 ou 100 euros à l’époque? mais peu importe le chiffre).

Forte montée aux enchère du CPC et augmentation du nombre d’annonceurs

Tout ce beau monde qui est arrivé sur Adwords ça a fait quoi? Vous vous en doutez, cela a fait monter le prix des enchères ! Beaucoup de monde qui ne maîtrise pas la gestion des campagnes adwords cela fait aussi monter les enchères, en effet, ne sachant pas optimiser, certains vont créer une véritable inflation du CPC. Beaucoup d’entreprises, TPE, ETI ou PME, sont prêtes à dépenser beaucoup pour remonter leur position pour être visibles dans le haut de la SERP (SERP : page des résultats de recherche).

Personnellement, j’achetais mes mots clés 5 à 10 centimes en 2005 pour des paniers d’achats de plusieurs centaines d’euros. Le rêve….Puis ces mêmes keywords ont augmenté de façon structurelle pour atteindre plusieurs euros pour une unité avec un montant de panier d’achats qui lui ne grimpait pas au ciel, ni aux rideaux d’ailleurs.

Plus de concurrents, cela veut dire aussi plus de choix et un nombre égal de prospects qui font le tour des annonces adwords pour se renseigner sur les prix : un gateau de la même taille, voire inférieure dans les secteurs en crise, et plus de convives pour le manger! Bien que je rêverais d’être en situation de monopole pour vivre grassement, j’accepte de bonne grâce (mini jeu de mot ici) de partager. Mais, bien que je sois partageur de nature, j’ai constaté un véritable effet de ciseaux : une courbe du prix des enchères qui grimpe et une courbe du nombre de clients acquis par ce canal qui baisse. Cela se traduisait sur 10 personnes qui appelaient suite à nos campagnes Adwords, par 2 personnes qui achetaient au lieu de 4 sur 10 à mes débuts dans le SEA (SEA : Search Engine Advertising, les liens sponsorisés, leur optimisation)

On pourrait dire que je n’avais qu’à intégrer ces nouveaux CPC (coût par clic) dans mes prix de vente. C’est ce que j’ai tenté de faire…sans succès du fait d’un marché ultra concurrentiel, impossible de répercuter en l’état cette charge. J’ai préféré optimiser mes campagnes Adwords, tout d’abord seul, en bon autodidacte du digital, puis en allant assister à la journée de formation Google Academy, et enfin avec l’aide d’une agence spécialisée.

Pourquoi j’ai pris le risque d’entamer une cure de sevrage de liens sponsorisés ?

L’optimisation de mes mots-clés Adwords, de nos campagnes de PPC, m’a permit de souffler, d’améliorer mon CTR (taux de clics sur mon annonce) et d’augmenter ma position moyenne dans le classement des résultats de Google…Cela a fonctionné quelques temps, puis mes concurrents se sont mis aussi à faire pareil ! C’est à ce moment que je me suis aperçu de ma dépendance Adwords ! Je savais que continuer comme cela n’était pas bon pour ma société, mais je ne pouvais m’empêcher de continuer. Je ne voyais pas quelles alternatives ou traitements de substitution pouvaient être efficace dans le sevrage Adwords. A l’époque, pas de cercle des AA ou « Adwordstiques Anonymes » pour m’aider, pas de méthode ou de recettes écrites, nous sommes alors en 2010.

J’ai horreur de me sentir enfermé dans un système, et, malgré l’optimisation, la gestion des campagnes par un pro des campagnes Adwords, je me sentais comme prisonnier, comme un toxicomane qui a développé une véritable addiction pour les campagnes sponsorisées, qui s’en rend compte mais ne peut plus s’en passer. C’est en prenant conscience de cette situation que j’ai décidé d’arrêter adwords, ou plus exactement, de réduire ce budget et de chercher une solution alternative. Car oui, il y a une alternative, ou plus exactement un juste équilibre à trouver. Il a fallu que je me renseigne, que je vois ce qui se faisais en France et à l’étranger pour faire ma synthèse méthodologique de ce qui fonctionne en terme de marketing sur Internet. Tout cela m’a permis d’appliquer une bonne méthode, moins addictive, vous vous en doutez sûrement, basée sur le contenu et les résultats organiques. Cet équilibre je me l’applique tous les jours et, comme un ancien fumeur qui regarde les gens passer avec leur substitut de hochet dans la bouche, je me dis que c’est quand même dommage pour eux, que pour eux aussi la liberté du sevrage est accessible plus facilement qu’ils ne le croient. En tous cas, maintenant vous savez pourquoi j’ai cherché une alternative aux mots clés sponsorisés, et, dans un prochain article, je vous expliquerai comment j’ai fait. Je peux vous dévoiler que la méthode fonctionne parfaitement et est moins « budgetphage ». C’est ce que je vous expliquerai bientôt ici dans ces colonnes.

 

Et vous ?

Gérez-vous des campagnes de liens sponsorisés, Adwords ou autres ? Aimeriez-vous alléger votre dépendance à ces campagnes ? Etes-vous prêt à changer vos habitudes de marketing ? J’ai hâte de lire vos commentaires !


inscrivez vous a un entretien évaluation marketing gratuit

Et pour toute autre demande, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse contact@remarqbl.fr. Remarqbl est une agence conseil d’ inbound marketing basée en France. Nous vous proposons d’adopter un marketing de contenu orienté client avant d’être orienté produit, et ça change tout dans votre communication et vos résultats !

email
4 réponses
  1. AlexisB dit :

    Bonjour,

    AdWords n’est pas la solution à tous les maux, c’est sur. Cependant, il ne faut pas « balancer » son budget sur AdWords sans savoir ce que cela va / peut nous rapporter.

    Effectivement, les CPC augmentent (de manière significative), mais en jonglant sur différents leviers d’AdWords (remarketing, search, display, etc.) et en optimisant de manière la plus fine possible, on peut arriver à des résultats très très bon.

    Seulement, ce n’est pas le cas de tous les business. En effet, certaines campagnes ne seront jamais rentables, et il est alors préférable de les arrêter.
    Dans tous les cas, AdWords n’est pas, et ne doit pas être la seule solution de visibilité. Elle doit être couplé à différents leviers tel que du SEO, du SMO, etc. afin d’éviter d’être dépendant, comme vous le dites.

    Néanmoins, pour beaucoup, AdWords restera une solution complémentaire efficace pour certains business, le tout étant de savoir quand cela est rentable et quand cela ne l’est plus.

    Répondre
    • Jérôme D. Simon
      Jérôme D. Simon dit :

      Merci Alexis pour votre contribution. Nous nous rejoignons complètement, le principe du mix marketing c’est de mélanger, et il ne faut jeter BB avec l’eau du bain 🙂 Même si le bon sens commande de ne pas mettre ses oeufs dans le même panier, beaucoup d’entreprises n’ont pas le temps, et vont vers des outils avec des résultats immédiats sans mesure du retour. Le but de cet article est qu’ils se reconnaissent dans ce témoignage et que l’on puisse entamer ensuite un travail ensemble sur les différents outils marketing digitaux.

      Répondre
  2. boris dit :

    Difficile de se passer d’adwords quand tu sais que la plupart des internautes cliquent sur les 3 premiers lien qu’ils voient adwords ou pas. Du coup quand tu es sur un secteurs concurrentiel, si tu essai de sortir du adwords tu perds un sacré marché

    Répondre
    • Jérôme D. Simon
      Jérôme D. Simon dit :

      Bonjour Boris,
      merci pour votre contribution. C’est vrai que c’est difficile, surtout qu’il ne faut pas perdre de contacts, comme toute dépendance, il faut y aller doucement ! Cet article est le premier sur Adwords, un des prochains sera de raconter comment, dans ma précédente société, j’ai largement réduit tout en gagnant des clients plus qualitatifs, moins « chercheurs de prix ». C’est aussi la méthode que je propose aujourd’hui à mes clients.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *