marketing mobile acsel

Mobile marketing et BtoB : retour sur la matinée de l’Acsel

J’ai assisté à la conférence donnée par l’Acsel dans le cadre de ses matinées consacrées au mobile marketing et BtoB. Aujourd’hui le thème était consacré au marketing sur mobile dans le BtoB.

A l’Acsel, on sait recevoir, nous sommes dans les locaux magnifiques de  Baker & Mc Kenzie d’une part, et accueillis  avec un café/croissant chaleureux, l’occasion de rencontrer de nombreux acteurs du btob et de commencer notre réseautage actif :-)

L’animateur n’est autre que Vincent Montet, le CEO de l’agence Grenade & Sparks, l’agence web considérée comme une des plus belles réussites de ces dernières années sur la place de Paris en termes de croissance et de réalisations.

La conférence commence par un tour de table où chacun des intervenants se présente :

Fayçal Boulkout, de Mobyt, cette société d’origine italienne est leader de solutions SMS car ils se fournissent directement auprès des opérateurs, sans intermédiaire pour le client final et offrent une qualité très appréciée des entreprises qui ont besoin d’être sécurisées techniquement. Ils sortent une nouvelle solution SMS qui permettra d’atterrir sur une landing page : gros potentiel pour le marketing btob (pour le btoc aussi je pense). Cette nouvelle solution de SMS (le SMS 2.0) enverra donc vers un mini site, l’occasion pour les entreprises et les commerçants d’avoir autant de mini sites que d’opérations, ce très facilement.

Sébastien Naji, de Viadéo, fait un benchmark dans la salle en demandant à ceux qui payent un abonnement premium sur Viadeo de lever la main : on s’aperçoit alors que les gens payent sur Linkedin et non sur Viadeo, on le savait déjà! Il positionne son entreprise en la différenciant d’emblée de Linkedin, sa société est française et ne bénéficie pas de la même puissance de feu que son concurrent américain.

C’est au tour de Jean Charles Brandely, de Solocal de se présenter, je retiens principalement que leur application Pages Jaunes a été téléchargée 17 millions de fois et qu’ils offrent un service de fournitures de pages web pour leur clients qui sont principalement des PME et TPE. La majeure partie de leurs revenus provient du search.

Florent Nosel de Kiloutou, est plus concis, efficace en quelques mots dans sa présentation. Ils ont ré inventé le business model de Kiloutou grâce au digital et se concentrent sur la production de services sur mobile pour les artisans, population mobile par excellence.

Amine Melouk, de InMobi, nous explique le positionnement de sa société, 1er network de publicité mobile au monde. J’avoue que je ne connaissais pas trop, cette lacune est comblée.

Une fois ces présentations faites, chacun nous présente sa vision du marketing mobile.

Kiloutou et la « Kiloutou-dépendance »

La consommation de mobile augmente chez les artisans, cœur de cible de Kiloutou. Kiloutou a lancé devis-travaux, sur desktop et mobile, application qui permet à l’artisan de générer des leads ultra qualifiés. L’objectif de Kiloutou est de développer la « Kiloutou-dépendance »en apportant un maximum de services utiles et indispensables à l’artisan. Plus de 1000 artisans abonnés au service mobile, un CA qui augmente régulièrement, une croissance de 25% du nombre de location de la part des clients qui sont abonnés à ce service. Dans la journée les artisans se connectent au mobile, car toujours en déplacement, et le soir sur desktop. Les usages sont encore fragmentés.

Solocal et les chiffres.

Solocal c’est 200 millions de recherches par mois, ce qui génère 100 millions d’appels. Le fait d’être sur Pages Jaunes permettrait selon Solocal d’être bien référencé sur Yahoo et Bing grâce aux accords qu’ils ont avec ces moteurs (alors là je demande à voir, elle est où la neutralité des SERP dans ce cas là?), ils auraient donc des accords dans ce sens. La proposition de Solocal est organisée dans le but de générer des leads pour les petites et moyennes entreprises. Solocal propose des sites web responsive design à des entreprises qui n’ont pas le temps de s’en occuper. Personnellement j’ai un doute sur l’efficacité SEO de ce genres de sites…

Viadeo c’est mobile.

Vous pouvez « viadéo-iser » votre expérience grâce à leur vision axée sur le native advertising, c’est en tous cas le discours de Sébastien Naji. Il nous présente la nouvelle application mobile Viadeo qui sort le 2 juillet, application vraiment intuitive qui propose 5 expériences.

viadeo native advertising

Viadeo native advertising

Mobyt, c’est fort de SMS

Non le sms n’est pas mort, 50 milliards de sms au dernier trimestre 2013. C’est un marché qui croît. Il est 100% compatible avec les smartphones : avec une campagne on atteint 90% de taux d’ouverture. Si on compare, un tweet, c’est « seulement » 30% d’ouvertures. Le SMS permet de développer sa marque, conquérir de nouveaux clients, générer de nouveaux clients, générer de nouveaux revenus, les usages sont infinis. Le sms est un canal affectif et non pas intrusif, c’est Fayçal Boulkout qui le dit. Mobyt nous présente un business case réalisé avec son client Partouche (les casinos) : Le cahier des charges paraît très contraignant, tant dans les exigences de sécurité, de réduction des coûts, que de délivrabilité maximum. Pour remporter le marché, Mobyt a du créer un logiciel sur mesure, dont la configuration avait été imposée par Partouche.

InMobi, on est les 1er au Monde.

J’apprends qu’il s’agit de la 1ère régie mondiale mobile. Le constat est posé par Amine Melouk : on a de plus en plus de smartphones, le reach est de plus en plus important sur mobile. La frontière entre les usages personnels et professionnels deviennent de plus en plus ténus. La dépendance du marketing btob envers le mobile augmente. le mobile devient le plus gros canal de récolte de datas. on pense qu’il y a un fit entre le native ads et le mobile, le bon format. Pour bien communiquer, InMobi conseille l’usage de persona (on connaît bien chez Remarqbl :-) ) et l’emploi de natives advertisings. Il cite en modèle l’exemple de John Deere, l’inventeur du marketing de contenu, comme un exemple à suivre. Je suis d’accord pour John Deere à suivre, par contre l’exemple ne se limite pas au monde du mobile, cela reste valable sur tous les sites, tous les formats et pour moi John Deere c’est du contenu utile, pas forcément native advertising…

John Deere, l'inventeur du contenu contextuel utile.

John Deere, l’inventeur du contenu contextuel utile.

Les participants répondent ensuite aux questions dans la salle :

A propos de la géolocalisation, il est rappelé que le mobile est le canal qui permet de capter le plus d’informations, que ce soient des informations personnelles, géographiques. La géolocalisation, comme pour le BtoC, est un fondamental en BtoB : si on capte bien la data et qu’on matche le bon produit et la bonne personne, on parle de création de valeur. On ne peut pas penser mobile sans penser géolocalisation, le mobile crée de nouveaux usages et de nouvelles façons de consommer. Le BtoB est en train de prendre la mesure de ce potentiel, il y a des positions à prendre tout de suite, c’est une vraie opportunité. Avec le SMS on peut géo-cibler mais pas géo-localiser, la géolocalisation c’est du contexte.

A propos des formats publicitaires, les participants s’accordent à dire que le nombre de formats publicitaire représente un enfer : dans le desktop il existe une normalisation des formats initiée et gérée par l’IAB, ils sont au nombre de 8. Par contre dans le mobile, il n’y a pas de norme et il y a plusieurs systèmes d’exploitation, ce qui concoure à une inflation du nombre de format et donc à une inflation du coût pour l’annonceur.

Le temps du café et des chouquettes arrive, c’est la pause détente et moment de réseautage intense, il y a ici du beau monde et c’est difficile de passer du temps avec chacun, je suis donc en mode « distribution de cartes de visites ».

Intervention de Renaud Menerat, MMA France

La conférence reprend avec Renaud Menerat, président de la Mobile Marketing Association France.

Il commence par un rappel de la situation, voici ce que j’en retient : un email sur 2 est lu sur un mobile, il y a pourtant encore des entreprises qui adressent en format pré-responsive. A partir de 2014, il y aura plus de requêtes sur le mobile que sur le pc. Le mobile est principalement consulté dans un environnement où on a un accès au pc en parallèle : balayée l’idée que le mobile ce n’est que dans les transports. C’est vrai, j’ai fait l’expérience, quand je suis avachi dans mon canapé, j’ai la flemme d’aller à mon ordinateur et je sors mon mobile de ma poche pour consulter.

Le mobile va encore progresser dans la part des usages et il faut penser dès maintenant à des interfaces digitales en mode mobile surf, même si elles sont prévus pour les pc pour le moment, ça va vite venir.

le M commerce c’est 15%  du business du e commerce, c’est un vrai relais de croissance qui augmente chaque année.

Parmi les nombreux chiffres évoqués, je retiens ceux de l’évolution du trafic internet en 2013 : – 4% pour les sites web, et +49% pour les applications mobiles, les chiffres sont parlants et se suffisent à eux-mêmes je trouve. De plus en plus de consommateurs n’envisagent leur relation à la marque que via l’interface mobile.

Pour le commerce, le mobile c’est la promesse de créer du drive to store. Le clic and collec, comme ce que fait Mc Do, est un bon moyen de faire venir et de faire augmenter le panier d’achat : pour certains commerçants, 15% des gens qui sont venus chercher une commande en magasin ont acheté quelque chose de plus. Le mobile c’est aussi un facilitateur de l’expérience in store, pour cela on a peu de recul, on est encore dans le test and learn.

La grande évolution actuellement ce sont des applications mobiles de plus en plus btob : gestion de crise, calculs…présentations commerciales, les champs d’exploration des nouveaux usages professionnels générés par la mobilité sont encore infinis et à explorer. Les glass auront plein de débouchés dans le monde pro, suplain chain, santé…

La conférence s’achève sous les applaudissements du public et avec l’idée que le mobile a peut-être seulement dit ses premiers mots. En attendant, je vous invite à retrouver les tweets de la conférence sous le hashtag #acselb2b.

 


inscrivez vous a un entretien évaluation marketing gratuit

Et pour toute autre demande, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse contact@remarqbl.fr. Remarqbl est une agence conseil d’ inbound marketing basée en France. Nous pratiquons un marketing orienté client avant d’être orienté produit, et ça change tout dans votre communication !

 

 

email
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>